Parlons d'amour...(1)

Par S.TRAHARD Mars 2010

Ce soir j'ai choisi de vous parler d'un mot que beaucoup d'entre nous avons tendance à galvauder, à détourner... Aujourd'hui l'Amour avec un grand "A" se perd.. s'oublie.. se fait traîner chaque jour un peu plus bas et nous aurions bien du mal à en donner une définition claire... et nous aurions raisons au fond, car...

L'amour ne se définit pas, il se ressent, il est une force indescriptible qui nous éveille à nous même.. à notre propre sensibilité... à l'essence de notre vie..

L'amour est un mot que tout le monde utilise, un mot paradoxal et ambivalent qui est parfois entendu bien en dessous de sa vraie valeur.. on aime sans aimer... on aime sans le savoir.. on oublie de s'aimer... et par dessus tout on tend toujours à nier ce qu'il est.. L'amour pourrait se caractériser par l'élan vital qui est ressenti au fond de notre être et qui nous pousse à transformer notre être.. à faire des choses insensées que nous n'aurions probablement pas faite si nous n'avions pas ressenti cet élan...

Dans notre langue le mot amour est un mot à la fois trop court et mal compris, trop étroit pour en détailler tous les aspects, n'évoquant que du mystère dans nos oreilles d'enfants... et parfois encore plus dans nos oreilles d'adultes.. quand enfin nous le ressentons vraiment pour la première fois.. nous sommes face à un sentiment encore inconnu.. tellement fort.. tellement prennant que c'est lui qui nous transcende et nous donne des ailes... il peut aussi nous paralyser dans la stupeur de l'instant.. nous pourrions traduire cette réaction par un trop plein d'un sentiment trop intense et puissant, nous nous retrouvons alors sans mots, déconcertés face à ce sentiment nouveau et si intense... voire même en réaction de défense face aux choses et aux êtres que l'on "aime" vraiment... nous sommes ce paradoxe qu'est l'amour.. nous sommes ambivalence..

Le verbe AIMER est a son tour trop souvent galvaudé, détourné, conjugué, utilisé indistinctement pour nommer des sentiments très divers “j'aime ma femme, mon chien et la moutarde de Dijon…” ou encore “je n'aime pas tes parents mais j'aime qu'ils t'aient donné le jour parceque je t'aime toi !” "j'aime mon frère, ma soeur, mais pas de la même manière que j'aime mes parents.. et encore différemment de la manière dont je t'aime toi"... "On aime bien.. on aime pas trop.." On peut clairement tous se reconnaitre dans ce type de réflexions qui n'ont a rpiori aucun sens réel.. nous désirons tous inconsciemment "aimer" mais aussi "être aimé" et c'est là que commence ma réflexion...

L'amour édulcoré rose bonbon robe de mariage famille etc ... comme nous le concevons traditionnellement à tord dans nos cultures occidentales détruit, supprime, dissimule et déguise toutes les nuances du vrai sentiment amoureux, non seulement chez celui qui aime, mais aussi chez celui qui est aimé.... A chaque fois que l'amour pourrait vivre vraiment, les concernés vont toujours s'acharner pour retrouver la "passion" qu'ils ont pris à tord pour de l'amour... Une passion est amour quand elle est comprise... et elle peut vivre longtemps.. très longtemps...  L'amour n'est plus passion dès qu'on le "défini" et qu'on l'"enferme" dans nos peurs et nos projections... L'amour est sous une certaine forme un abandon de soi, un abandon de ses propres limites... dès qu'on essaie de le définir ou de l'enfermer dans quelque chose de structuré.. de fantasmé... il s'échappe.. s'éfritte chaque jour un peu plus et cherche à revivre dans la "nouveauté" pour finalement s'étteindre progressivement.. c'est ici qu'il nous appartient de reconnaitre en nous ce qu'est véritablement "l'amour" si nous voulons éviter cette impasse douloureuse et inutile...

Il nous appartient de reconnaitre au fond de notre être quelle est la vraie nature du sentiment "d'amour" que nous ressentons.. il nous appartiens de savoir que cette nature.. cette essence d'amour.. ne change pas.. ne se transforme pas... C'est tout ce qui est nourri autour de cet amour qui le détruit paradoxalement.. Nous sommes les producteurs de cet amour... nous sommes les recéptacles aussi.. à nous de le sublimer chaque seconde dans notre vie... L'homme n'est pas déterminé à n'aimer qu'une seule chose dans la vie.. encore moins à n'aimer qu'un seul être vivant, il doit prendre plaisir à aimer vraiment... apprendre patiemment que l'amour ne se possède pas... il se vit pleinement ou se meurt... pour mieux renaître de ses cendres dans un schéma toujours plus destructeur.. Il nous appartient encore une fois de veiller à ne pas enfermer l'amour.. à ne pas lui imposer de limites ni à le projetter trop loin dans le futur à oublier de le vivre au présent.. Il ne doit pas être une manière de nous rassurrer au quotidien.. car dans ces coups de temps là.. ce n'est plus de l'amour que nous ressentons.. c'est de l'égoïsme déplacé et inutile qui nous pénalise et nous déprime...

Les couleurs, les sentiments, les émotions, les tonalités et les variations infimes de l'amour naissant sont nombreuses et intenses, tout comme les subtilités de l'amour blessé, ainsi que toutes les infinies graduations de l'amour finissant, les murmures et les odeurs du souvenir qui font naître une larme où un sentiment de chaleur, de la nostalgie aimante, celles du regret ou de la haine, de la rancoeur et de l'indifférence, de l'espoir et de la déception, quand l'amour blessé ne peut se dire qu'avec son contraire.... il se déguise sous des mots de haine, pour faire naître les meaux de l'âme... pour blesser l'être aimé pour qu'il comprenne qu'on "aimerait être aimé" différemment ou dasn un autre registre "ne plus être aimé du tout"... quand l'amour violenté se transforme en hostilité, en détestation, en amertume ou encore en ressentiment et entretient un feu destructeur capable de tout détruire sur son passage... C'est l'impasse dont je parlais précédemment... L'Amour se vit.. Il est la vie... et nous lui manquons trop souvent de respect dans ces moments là... Il nous appartient de le reconnaitre ou de continuer à vivre l'amour selon notre égoïsme...

Alors que lorsque nous ressentons ce sentiment "amour", nous déclinons ce mot avec de murmures ou des chants, des poèmes ou des silences chargés d'émotions, des intonations différentes, avec des regards, des gestes, des attentions particulières.... Nous le ciselons avec des chuchotements et parfois même avec des cris... Nous voulons que le monde entier saches que nous aimons.. et que nous sommes aimés.. surtout que nous sommes aimés.. non ??  Nous l'accordons constament à tord et à travers avec d'autres mots, des adverbes, des adjectifs, des superlatifs, des verbes énamourés, nous le flattons avec des élans, des enthousiasmes, nous l'agrandissons avec des rêves et des fantasmes.... Nous commençons à le projeter et à le vivre sous une nuance grisée de routine... Puis nous prenons chaque jour un peu plus de distance avec nous même et nous transformons les choses.. nous oublions cet "amour" qui nous a tant fait vibrer et qui nous a dépassé... Pour finalement ne plus se remettre en cause et avancer aveuglement vers le mur réel que représente ce type de pensées...

Le mot amour ne parle pas toujours d'amour, il dit plus souvent l'egoïsme, l'attente, le désir, le besoin, la déception ou encore  la frustration plutôt que la plénitude, le plaisir, l'abondance ou l'abandon... Les manques intimes de notre être.. Notre perpétuelle fuite et nos carrences affectives nous plombent et détruisent nos relations humaines.. Nous sommes les acteurs de cet Amour.. Nous avons le devoir de le respecter.. Si ce n'est pas le cas.. ce n'est qu'une occasion de plus pour se remetre en cause et méditer à ce sujet.. reconnaitre en soi toutes ces zones d'ombres que nous ne voulons surtout pas découvrir sous peine de "souffrir".... l'amour est nécessairement souffrance.. il est essentiel de le comprendre...

Alors si demain il vous arrivait de rencontrer le mot "amour" au détour d'une rencontre, à l'aube d'une relation, au retour d'une tempête émotionnelle, n'oublier pas ces quelques mots, n'hésitez pas à vous remettre en cause, à découvrir l'essence de cet amour et enfin à en prendre soin et à le protéger, il contient des rêves et des élans précieux... Mais aussi des écueils dangereux.... enfin il est primordial de ne pas oublier que l' Amour est porteur d'une sève précieuse, d'une force unique, d'une énergie subtile, il est la graine de toutes les offrandes, il est le réceptacle de l'infinie confiance à s'abandonner enfin au recevoir....

L'Amour n'est pas but, pas une cage, pas une routine, il est libre, liberté, richesse et doit le rester sous peine de disparaitre... Nous sommes Amour... Nous ne le savons pas... Apprennons le...

Vous voulez réagir à cette chronique ? Laissez un commentaire ici
© 2013